Anne Brugnera : "Parcoursup : il faut que les lycéens soient un peu patients"

La députée LREM du Rhône, Anne Brugnera était l'invitée ce lundi matin de Gérard Angel, dans les Coulisses du Grand Lyon.

Anne Brugnera : "Parcoursup : il faut que les lycéens soient un peu patients"
Anne Brugnera - LyonMag

Orateur de la loi ORE Orientation et Réussite des Etudiants à l’Assemblée, Anne Brugnera doit défendre ce projet décrié par les lycéens et les étudiants. "Ce qu’il faut dire aux lycéens, c’est qu’il faut qu’ils soient un peu patients. Parce que dès qu’un jeune reçoit 2 réponses positives, il faut en choisir une et il libèrera ainsi une place".

Mais tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir 2 réponses positives. Environ 30 000 étudiants n’ont eu que des réponses négatives, tandis que 350 000 sont en attente. "J’imagine l’attente. D’ici le bac, plus des 2/3 auront des réponses. Et passeront le bac en toute quiétude. Ce que je leur dit souvent, c’est 'travaillez votre bac et concentrez-vous dessus car la première clé pour entrer dans l’enseignement supérieur, c’est votre bac'", conclut la députée du Rhône.

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en vidéo sur LyonMag.com.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Boulboul le 28/05/2018 à 18:43
Je serais toujours charlie a écrit le 28/05/2018 à 14h34

La une de Charlie en dit long sur les travers de parcoursup:

http://web2store.mlp.fr/images/couvertures/2563927.jpg

Les Charlie ne sont pas légion. Le communautarisme a pris le dessus,comptez vous .

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 28/05/2018 à 17:37

L’imposture Parcoursup :
Ce qui se profile, c’est la généralisation à grande échelle de quelque chose de plus pernicieux encore que le recours au tirage au sort.
Par-delà la technique, il y a bien une philosophie : celle de la concurrence généralisée, entre les élèves d’abord, entre les établissements ensuite.
Il faut d’emblée souligner la part d’instrumentalisation de cet argument, dès lors que le tirage au sort, tout problématique et injustifiable qu’il soit, n’a concerné que 0,4 % des affectations dans l’enseignement supérieur en 2017.
http://parcoursuplimposture.nursit.com/
Bientôt les étudiants vont malheureusement découvrir la vérité sur l'enfumage de parcoursup.
Combien d'étudiants vont avoir des choix bidons ?

Signaler Répondre

avatar
Je serais toujours charlie le 28/05/2018 à 14:34

La une de Charlie en dit long sur les travers de parcoursup:

http://web2store.mlp.fr/images/couvertures/2563927.jpg

Signaler Répondre

avatar
Au pif... le 28/05/2018 à 13:52

Ca sent l'enfumage à plein nez pour gagner du temps jusqu'aux vacances et éviter les mobilisations:

"Les politiques, qu'ils parlent ou qu'ils pètent: c'est toujours du vent".

Signaler Répondre

avatar
rico69100 le 28/05/2018 à 09:17

les jeunes en ont marre d attendre ! toute est fait pour que les actionnaires s enrichissent mais pour les jeunes rien de concret !
l etat ne s occupe plus de sa jeunesse
depuis bien longtemp.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.