Précarité menstruelle : une collecte de protections hygiéniques lancée dans la Métropole de Lyon

Précarité menstruelle : une collecte de protections hygiéniques lancée dans la Métropole de Lyon
Le boîte à dons- LyonMag

La collecte débutera ce lundi 8 mars à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes.

En partenariat avec l'association Règles Elémentaires, qui lutte contre la précarité menstruelle et le tabou des règles, la Métropole de Lyon a décidé de lancer une collecte de dons de protections féminines. Dès ce lundi, et ce jusqu'au 28 mai (journée mondiale de l'hygiène menstruelle), des boîtes à dons seront installées dans différents points de collecte de la métropole. Les gens pourront déposer des protections menstruelles (serviettes hygiéniques, tampons, protège-slips, serviettes lavables, cups neuves, culottes menstruelles) qui seront ensuite redistribuées à des associations (le Foyer Notre Dame des sans-abris, le mas, le Tambour, l’armée du salut, Habitat et Humanisme Rhône, Secours populaire, Secours catholique, Croix rouge, Restos du cœur, mais aussi des associations étudiantes) qui se chargeront de la distribution aux personnes dans le besoin.

Pour Michèle Picard, vice-présidente en charge de l'égalité femmes-hommes à la Métropole, cette campagne a une double nécessité : "Ça correspond à un besoin. La précarité menstruelle est une réalité aujourd'hui. C'est une question de dignité, de santé publique, de solidarité. Mais c'est aussi le moyen d'en faire un non-sujet. Pour une jeune fille, les premières fois, il faut organiser sa journée en fonction des règles. Il y a une peur. Reconnaître cette différence physiologique, c'est reconnaître la femme dans sa globalité. Il faut libérer ce sujet-là. Il ne faut plus que les jeunes filles culpabilisent. Il faut rendre la liberté de la femme dans ce qu'elle est, dans sa globalité", expliquait-elle ce vendredi matin lors de la présentation devant la presse de la collecte.

Ce phénomène de précarité menstruelle s'est d'autant plus amplifié ces derniers mois avec la crise, comme le souligne Henri Pais, représentant de l'association Règles Elémentaires : "Avec la crise sanitaire que nous connaissons, de plus en plus de femmes sont victimes de précarités menstruelles. En France, on estime que deux millions de femmes manqueraient de protections périodiques. Nous travaillons à la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques pour toutes les personnes en situation de précarité. Il est primordial que toutes les femmes puissent se protéger correctement pendant leurs règles en toutes circonstances", indiquait-il

En termes de chiffres, deux millions de dons ont été effectués en France l'année dernière, dont 80 000 sur la Métropole de Lyon. Pour cette campagne, une trentaine de points de collecte sont déjà connus, mais la liste pourrait être amenée à s'allonger dans les prochaines semaines.

B.B.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Nancy le 05/03/2021 à 15:13

Je suis une ecologiste et moi je met les serviettes en coton , comme avant pour les couches dès bébés. Je les laves et ses économique MAIS surtout écologique... des tampons et serviettes hygiéniques qui traînent un peu partout , polluent et finissent à la mer ou dans cours d’eaux. Recyclage et non consommation.

Signaler Répondre

avatar
En saignement ridicule. le 05/03/2021 à 15:03

L’assistanat dans toute sa splendeur. Les dons d’argent sont moins dégradant pour la vente féministe que les tampons hygiéniques et serviettes périodes qui les montre du doigts , mdr c’est pratique aussi pour les hommes qui saignent du nez du fion , un tampon et HOP finit ,mdr.

Signaler Répondre

avatar
Coluche le 05/03/2021 à 14:56

Alors c'est ça le projet?

Un pays où les hommes politiques jouent aux dames patronnesses en promettant tout et n'importe quoi, pour après compter sur la population pour donner?

Les restos du coeur généralisés? Un pays de clochards?

Demain on nous demandera aussi de donner pour l'école, l'armée, la police?

Heureusement qu'on ne paie pas 60% d'impôts sur toute richesse produite, ça nous ferait un peu mal de devoir y repasser pour un sujet à trois euros.

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 05/03/2021 à 14:40

Très bonne action et initiative.
Denons cette idée de dire aux femmes qu'elles ont leurs dignités !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.