Privés de 8 décembre : ces commerçants lyonnais en ont ras-le-bol

Privés de 8 décembre : ces commerçants lyonnais en ont ras-le-bol
La rue du Puits Gaillot, des dizaines d'enseignes qui ne profitent pas du 8 décembre - LyonMag

Chaque année, à l’occasion de la Fête des Lumières, la rue Puits Gaillot (1er) est interdite aux piétons de 17h à 1h du matin.

D’autres rues (Pizay, Joseph-Serlin…) sont également concernées par le plan Orsec décidé par le préfet pour éviter des mouvements de foule incontrôlables. Les CRS posent alors une barrière et plus personne ne passe.
Sauf que dans ces rues, les restaurants et les magasins se retrouvent privés de clients durant l’une des soirées les plus importantes de l’année à Lyon. Si beaucoup de Lyonnais et de touristes se rabattent sur les enseignes accessibles, plus nombreux encore sont ceux qui trouvent porte close, faute de place. Et tous ces clients potentiels à portée de main, ca ulcère les commerçants spoliés qui ont décidé de réagir.
"Fin octobre, après plusieurs coups de fil à Marie-Odile Fondeur où elle m’a dit qu’elle cherchait une solution, on a décidé de se réunir avec les commerçants, explique le patron d’une enseigne de restauration rapide rue Puits Gaillot. On a été une vingtaine à être reçue par l’adjointe au Commerce de la Ville de Lyon et Didier Delorme, directeur de cabinet de Jean-Louis Touraine. Ils nous ont dit que c’était un plan qu’ils ne pouvaient pas modifier pour des raisons de sécurité."

Certains commerçants, voyant que la Ville de Lyon avait les mains liées, lui ont proposé une solution : "Nous on demande simplement de pouvoir travailler. On ne veut pas non plus que les gens se fassent piétiner, qu’il y ait des victimes. Donc on propose d’accompagner nos clients. S’ils se présentent à la barrière, on vient les chercher pour les amener au restaurant. Puis on les raccompagne là où on les a trouvés, comme ça on évite de se faire avoir par des gens qui voulaient simplement traverser le barrage de CRS. Cette solution nous permettrait de travailler, beaucoup moins que d’habitude, mais ça sauverait les meubles."
La Ville a réagi favorablement à cette discussion mais n’a rien pu promettre, faute de compétence : "Après deux heures de discussions, on est arrivé à une solution de tolérance mais qui n’est pas écrite, souligne le restaurateur du 1er arrondissement qui préfère garder l’anonymat. On nous a dit que les CRS recevront la consigne de laisser passer quelques clients. Mais la Ville ne peut pas l’écrire, le confirmer. Ca dépendra de la compagnie, et surtout de la préfecture. C’est eux qui décident."

Parmi les commerçants, d’autres n’adhèrent pas à cette solution et réclament plutôt une indemnisation. C’est le cas de Philippe Dubourg, gérant d’El Tex Mex, rue Pizay. Il y a quelques années, le 8 décembre, il faisait jusqu’à 600 couverts. Cette année, il en fera 80. Sa recette sera divisée par sept. "Pour des raisons de sécurité, c’est normal de fermer la rue. Une année, certaines personnes sont restées bloquées plus de 20 minutes devant mon établissement. Mais en échange, il faut que la Ville nous indemnise. L’organisation de la Fête des Lumières coûte des millions, qu’ils réservent une enveloppe pour les commerçants des rues fermées !" La Ville lui a déjà répondu, ce sera non.
Devant la perte financière assurée et le manque d’assurance de la Ville, certains commerçants agiront : "On va mener des actions, explique le restaurateur de la rue Puits Gaillot. Si on obtient l’autorisation, on campera la première semaine de décembre devant l’Hôtel de Ville. Ca fait quatre ans que ça se passe comme ça. Et à force de ne rien dire, on n’est plus pris en considération."

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mas38 le 15/11/2012 à 11:31

Pas grave ce ne sont que des " restos" pourris des kebah and co. Halte a la mal bouffe.

Signaler Répondre

avatar
jojo69 le 15/11/2012 à 10:48

Bravo M. COLLOMB pour ces mesures discriminatoires en ces temps difficiles pour les commerçants!

Signaler Répondre

avatar
Stéphane le 15/11/2012 à 10:09

Ce qui étonne le plus hormis les décisions de ce gouvernement, c'est qu'aucune solution adéquate n'est trouvée et qu'il sont bloqué administrativement ou plutôt bêtement. Notre gouvernement touche le fond.

Signaler Répondre

avatar
lou le 15/11/2012 à 07:56

Collomb est fatigué il faut qu il parte

Signaler Répondre

avatar
Ex syndique le 15/11/2012 à 07:27

Collomb est absent comme d habitude et les Lyonnais crèvent des attitudes minables des syndicats qui ont appelé à voter pour Hollande

Signaler Répondre

avatar
Lugdunum Suum le 14/11/2012 à 18:38

Le 8 décembre sous le Régime Collomb c'est devenu n'importe quoi !
En tout cas, il aura réussi à lui faire perdre son authenticité et sa tradition.

Signaler Répondre

avatar
Guillaumee le 14/11/2012 à 18:24

Belle article qui souligne des aspects que l'on ne connait pas autour de ces festivités !

Signaler Répondre

avatar
Tjapka69 le 14/11/2012 à 18:20

De tout coeur avec vous. Tout les la même chose et Môssieur Collomb ne dis rien???
Pourquoi les TCL ne sont pas en gréve le jour du beaujolais nouveau?????????????
Merci Môssieur Collomd d'agir et vite

Signaler Répondre

avatar
Sarah D. le 14/11/2012 à 18:14

Très bon papier. On pense effectivement pas à ces exclus des festivités. Il y a de quoi s'arracher les cheveux !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.