Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Romain Blachier - DR

Au sujet du fonctionnement des soldes

Romain Blachier - DR

Non on ne trouvera nullement ici de propos sur les ralliements d’après premier et monnayages de second tour.

Rien sur les grenouilles de tous horizons qui se prêtent les grosseurs de bœufs pour arborer plus tard les atours de la puissance dans quelques ennuyeuses réceptions.

Non, décidément, je ne vous parlerai pas ce jour des supermarchés des convictions affichées des isolés à acheter et des pénuries de programme que l’on voit trop souvent fleurir. Je vais, simplement, au premier degré, parler soldes. Les simples. Les vrais. Ceux qui affolent Lyonnaises et Lyonnais. Et qui commencent cette année le 26 juin.

Si les tissus et laines parent tous les âges de la vie, qu’on y promet du nouveau au plus bas des prix,  les soldes ne sont pourtant pas jeunes filles ou damoiseaux !
Les premières lois réglementant ces temps d’achat datent de 1906, l'année de naissance d'Emmanuel Lévinas et d'extinction de Paul Cézanne, l'année aussi de la première robe sans corset que les dames de l'époque s'arracheront, à coût réduit comme à prix fort.

L’actuel dispositif national des soldes se répartit sur deux périodes fixes de cinq semaines chacune (soldes d’hiver et soldes d’été) ce à quoi il convient vient s’ajouter depuis le vote de la Loi de Modernisation de l’Économie (LME) deux semaines de soldes supplémentaires dits "soldes flottants".
Ces derniers sont soumis à une déclaration préalable auprès de la préfecture du département.

Les soldes sont des ventes accompagnées ou précédées de publicité et sont annoncées comme tendant, par une réduction de prix, à l'écoulement accéléré de marchandises en stock et ont lieu durant les périodes définies.

A savoir

-deux périodes de cinq semaines (soldes d’hiver et soldes d’été) dont les dates sont nationales, avec la possibilité de dates dérogatoires.

- deux semaines complémentaires choisies librement par les commerçants, qui sont tenus simplement de déclarer préalablement auprès du Préfet la période de deux semaines ou les deux périodes d'une semaine choisies chaque année ; les soldes complémentaires ne peuvent cependant pas avoir lieu pendant le mois précédant les périodes de soldes d'été et d'hiver. Logique.

Cette définition juridique des soldes permet aux commerçants de pratiquer des annonces de réduction de prix pour déstockage en dehors des périodes légales classiques, sous réserve qu’ils n’utilisent pas le mot "soldes" ou l’un de ses dérivés.

La législation française, au pays de l’auteur de Rimbaud, est tatillonne sur les mots !

Pour l’anecdote les produits ainsi soldés payés depuis au moins un mois à la date de début de la période de soldes considérée.

Pour les commerçants les soldes correspondent à une réalité économique et climatique avec un changement de saison et de garde-robe, à des fins de collection.

Si ils ne le font pas à ce moment précis, leur stock risque d’être dévalorisé.

C'est également le moment où les commerçants reconstituent une trésorerie, surtout en ces temps de crise, pour pouvoir acheter leur collection des saisons prochaines.

Les soldes sont une attraction commerciale et déclenchent un engouement des ventes incontestable. Ils peuvent pour de nombreux magasins parfois représenter plus d’un tiers de leur chiffre d’affaire annuel !

Le dispositif de soldes flottants est controversé, les principales fédérations représentatives du monde du commerce se sont prononcées pour la suppression de ce dispositif, qui initialement a été conçu dans une intention louable,  pour permettre aux consommateurs de bénéficier plus souvent de prix réduits.

Les fédérations représentatives du monde du commerce considèrent que ce dispositif a plutôt eu un effet négatif en faussant les repères prix des consommateur et dénaturer les deux grandes périodes nationales de soldes, ainsi que la perception et les attentes qu'en ont les consommateurs.

L’institut de la Mode en propose la suppression. Pas simple au moment où les ventes sur internet, certes parfois composées de collections spéciales ventes privées pour les prix les plus abaissés, complexifie la donne. Reste des marques qui gonflent parfois artificiellement leur prix non soldé en tentant de profiter des soldes flottantes. A ces soldes-là, le consommateur n’y gagne pas vraiment.

Au fait, avant que vous alliez faire vos emplettes, quelques précisions importantes: Tout d’abord bien sûr il doit être clairement indiqué quels sont les articles soldés et les non soldés. A Lyon les indélicats sont rares mais il existent.

Et puis, important,  les limitations de garanties sur les soldes sont illégales !

Un article soldé bénéficie des mêmes protections du consommateur en matière de défauts de fabrication non apparents ou de service après-vente que tout autre article.
En cas de vice caché, le vendeur est tenu de remplacer l'article ou de le rembourser.

Loin des temps politiciens qui s’annoncent, je souhaite bonnes soldes aux consommateurs et aux talentueux commerçants et e-commerçants lyonnais.

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son site.

Romain Blachier



Tags : blachier | romain blachier |

Commentaires 3

Déposé le 12/06/2013 à 20h11  
Par 1906 Citer

les soldes, une idée qui dure !

Déposé le 12/06/2013 à 17h34  
Par Eric pelet Citer

Bravo Romain pour tes pronostics sur les deux tours des primaires ! si tu ouvres une agence de bookmaker je serai client !!!

Déposé le 12/06/2013 à 09h34  
Par Comme disent les anglais : nice ! Citer

Une contribution légère qui fait du bien en ces temps alambiqués de polémiques aussi diverses que désespérantes !
Merci à vous, et bonnes soldes aux Lyonnais/Lyonnaises !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.