Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo LyonMag.com

Canicule à Lyon : pas de pic aux urgences pédiatriques mais des conseils à respecter

Photo LyonMag.com

A partir de ce vendredi et durant tout le week-end, les températures vont encore gagner quelques degrés dans l’agglomération, renforçant l’impression de four. La préfecture du Rhône va déclencher le niveau 3 du plan canicule et Météo France pourrait passer son niveau d’alerte de jaune à orange.

Les principales populations à risques sont toujours les personnes âgées et les jeunes enfants.

Une situation angoissante pour les parents de nourrisson et de bébé qui se sentent parfois démunis face à ce petit être qui, pour eux, n’a pas les moyens d’exprimer ses sensations.

Pourtant Yves Gillet, médecin aux urgences pédiatriques de l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bron, se veut rassurant : "Les parents doivent comprendre que les jeunes enfants qui ne parlent pas encore, montrent qu’ils ont chaud exactement de la même manière qu’ils expriment un inconfort : ils vont pleurer, être grognons et leur corps va témoigner de cet inconfort."


La régulation de la température chez l’enfant se fait essentiellement au niveau de la tête, "il va donc être tout rouge, avoir le visage un peu congestionné et transpirer surtout au niveau de la tête ou de la nuque. Dans ce cas là, ça veut dire qu’il est en train d’essayer de réguler sa température et la plupart du temps il y arrive bien, même quand c’est un petit nourrisson."

Car la transpiration est le mécanisme qui permet à l’être humain, qu’il soit adulte ou enfant, de maintenir sa température à 37 degrés. "Encore faut-il que l’enfant ne soit pas trop couvert notamment au niveau de la tête. Il vaut donc mieux qu’il soit à l’ombre sans chapeau, que couvert au soleil. Car les chapeaux gênent un peu les mécanismes de transpiration et donc d’évacuation de la chaleur."

 

Proposer de boire souvent mais pas imposer

 

Dans ces périodes, les messages de prévention incitent les parents à faire boire souvent leurs bambins sans attendre qu’ils aient soif. Mais il est fréquent que les nourrissons refusent l’eau qui leur est proposé entre les traditionnels biberons de lait, plongeant la maman, ou le papa, horrifiés, dans une profonde inquiétude. "Là aussi, il ne faut pas oublier que le premier signe de déshydratation et le meilleur signe de régulateur de besoin en eau : c’est la soif, indique encore le docteur Gillet. La grosse différence entre les bébés et les personnes âgées, c’est que les personnes âgées perdent la sensation de soif. Elles ne se rendent pas compte qu’elles ont besoin de boire, alors que l’enfant a soif. Du coup l’important c’est de lui proposer régulièrement de boire. S’il refuse c’est qu’il n’en a pas besoin. Il ne faut surtout pas s’inquiéter. Dans l’alimentation lactée normale d’un bébé il y a déjà une quantité importante d’eau."

 

Dans son lit sans pyjama

 

A la maison, il est fréquent que les températures peinent à descendre en dessous des 25 degrés dans les chambres, ce qui est le propre de la canicule. Il faut donc être vigilant et penser à aérer les pièces aux premières heures de la matinée puis fermer fenêtres et volets pour le reste de la journée afin d’essayer de maintenir des zones un peu fraîches.

Et la nuit Yves Gillet conseille de "faire dormir son nourrisson en couche sans pyjama parce que là aussi on facilite l’évacuation de la chaleur au niveau de la peau. Il faut aussi essayer de faire un peu de courant d’air pour améliorer l’évaporation de la sueur. Sachant enfin que 27°C c’est inconfortable, mais lorsqu’ils ne sont pas couverts, ce n’est pas du tout dangereux."


Concernant l’utilisation de la climatisation, "ça permet de baisser la température mais l’un des inconvénients c’est que ça sèche l’air du coup ça peut majorer certains problèmes respiratoires. Il faut donc faire attention de ne pas descendre trop bas sous prétexte qu’à la maternité on a dit que la température idéale de la chambre c’était 19 degrés." Il faut donc utiliser le même adage qu’en voiture : pas plus de 5 degrés d’écart entre dedans et dehors.

 

Pas de pic d'activité aux urgences à Lyon

 

Une somme de conseils que semblent avoir intégré les parents lyonnais puisque qu’actuellement les urgences pédiatriques des hôpitaux de l’agglomération n’enregistrent pas d’augmentation d’activité très significative directement due à la canicule. "Ce sont souvent des insolations classiques. Mais notre crainte majeure à cette période, ce sont les noyades. On le répète chaque année, les adultes doivent être particulièrement vigilants en présence d’un point d’eau car les enfants vont toujours chercher à se tremper pour trouver de la fraicheur."



Tags : canicule | enfant |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.