Homme blessé par le tir d’un policier : l’individu tenait un pistolet à billes

Homme blessé par le tir d’un policier : l’individu tenait un pistolet à billes
Photo d'illustration - DR

Les faits s’étaient déroulés mardi soir, à Feyzin, au sud de Lyon.

A la suite d’une dispute avec sa mère, un homme âgé de 24 ans souffrant de problèmes psychiatriques, était sorti pistolet à la main, rue du 11 novembre 1918. Lorsque les policiers étaient arrivés, l'individu avait braqué les forces de l'ordre dans la rue. L'un des fonctionnaires avait fait feu, blessant le jeune homme à la main.

Dans Le Progrès du jour, on apprend que l’arme tenue par l’individu menaçant était factice. Mais dans la nuit, les fonctionnaires n’avaient pas pu faire la distinction entre une véritable arme à feu et ce pistolet à billes.

Une enquête est en cours par la brigade criminelle de la Sûreté pour tenter d’éclaircir les faits. De plus, une enquête administrative a été également ouverte. C’est le cas à chaque fois qu’un policier fait usage de son arme

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
ititanium59 le 22/09/2017 à 07:35

bravo au policier... Vous faites un métier difficile et pas de considération..

Signaler Répondre

avatar
lyyyooonnn le 21/09/2017 à 13:25

Avant de parler, le policier a peut être fait exprès de lui tirer uniquement dans la main pour pas le tuer et le désarmer uniquement. Après c'est tout à fait normal, de jour comme de nuit tu te fais braquer tu tires c'est tout. Aujourd'hui les répliques à billes sont parfois tellement bien fait que c'est impossible à distinguer un vrai d'un faux. Total soutien aux policiers !!

Signaler Répondre

avatar
sans souci le 21/09/2017 à 12:08

il vaut mieux faire le boucher que le veau... il n 'y a qu'en France où on demande des comptes aux policiers qui font usage de leurs armes... la famille va certainement deposer plainte

Signaler Répondre

avatar
excuse bidon le 21/09/2017 à 11:25

comment une personne soufrant de problème psychiatrique a pu obtenir une arme meme factice?

le policier n est pas a blamer!
regardons aussi les responsabilités du coté de ses tuteurs!!!! et si il n en n a pas, cela veut dire qu il est considéré comme conscient... donc non excusable

et si il avait braqué une boulangerie? on ne sait pas, sur un coup de folie

Signaler Répondre

avatar
pan! le 21/09/2017 à 11:02

ils devraient apprendre a mieux viser nos pandores, ça va encore faire des frais medicaux et des frais de justice tout ça

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.